/ Réflexions

Gestionnaire de paie, un métier de rêve ?

A la lecture du titre, on pourrait croire à une provocation....

Le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half a publié son palmarès des postes qui ont actuellement le vent en poupe et il met en première position des jobs des "jobs" en or les gestionnaires de paie !

mais pourquoi ?

La paie est de plus en plus complexe, certains patrons en viennent même à dire qu'il faut un bac +4 en informatique pour traiter la paie : "Pour traiter la paie, par exemple, il faut des bac +4 en informatique. Du coup nos bac +2 ne sont pas au niveau... Nos experts disent qu'un bon tiers de nos bulletins de salaire contiennent des erreurs."

En effet, réaliser une paie nécessite de plus en plus rapidité, connaissance de centaines de réglementations, intelligence sur les interprétations de textes, mais aussi vigilance au quotidien sur l'évolution réglementaire et analyse d'éléments anormaux potentiellement dangereux pour l'entreprise.

De plus le rythme imposé mensuel de la paie laisse peu d'occasion de prendre le temps de se poser pour remettre en question les fondamentaux du fonctionnement : **il faut sortir une paie "la plus juste possible" tous les mois quoi qu'il arrive.

A l'inverse, la paie faisant partie des fonctions de support de l'entreprise, celle-ci n'est pas prête à aligner des salaires avec de nombreux chiffres pour trouver la perle rare.

Autant dire qu'il y a de quoi parler d'un mouton à 5 pattes pour trouver ce profil ou empêcher de dormir ce qui sont en postes avec toutes ces responsabilités et peu de moyen pour les assumer.

Alors lorsque le cabinet de recrutement Robert Half parler de job en or se moquerait-il de nous ?

En fait peut-être pas... A condition de faire rentrer dans la réflexion le mouvement profond de transformation en train de se produire sur ce métier qui va le faire devenir un des métiers les plus à la pointe actuellement.
En effet, une société comme Dhatim, en proposant Conciliator™ PAY, met à disposition des gestionnaires de paie à la fois la robotisation et l'intelligence artificielle.

RPA

La robotisation permet de manipuler et d'analyser dans le détail et quasi instantanément des masses de données normalement inaccessibles en un temps raisonnable à des gestionnaires de paie. Ceux-ci ne passent plus leur journées à chercher des données, à les extraires de systèmes de paie plus ou moins conviviaux pour les charger dans Excel avec des manipulations fastidieuses de calcul et autres macros variées... Les gestionnaires disposent alors de valeurs précalculées à vérifier, de listes d'incohérences constatées par la machine ou même d'alertes sur le non respect d'éléments réglementaires (par exemple dépassement de la limite légale du temps de travail).

L'intelligence artificielle va encore plus loin dans le support au gestionnaire de paie : elle lui indique des éléments qui lui semblent anormaux et les textes, normes pour l'aider à vérifier ces éléments.
Par exemple, un taux versement transport non mis à jour associé à la publication URSSAF associée mais aussi un salaire étrangement décalé par rapport à la profession et au secteur d'activité, ou des notes de frais qui paraissent peu crédibles par rapport à l'activité déclarée en paie - frais qui pourraient amener un redressement URSSAF.

En évoquant cette mise à disposition instantanée (car le service est basé uniquement sur des données existantes et normées : DSN, bulletin de paie, notes de frais) de telles analyses en progression constante, il devient aisé de comprendre pourquoi gestionnaire de paie devient un métier à la pointe. Le gestionnaire de paie dispose des meilleurs outils pour réaliser son vrai travail :

  • réduire l'exposition aux risques financiers (redressements URSSAF, régularisation massive de paie, contestation en justice de salariés sur les cotisations...) de son entreprise
  • maintenir la paie sociale dans l'entreprise en s'assurant de payer aux salariés (salaire mais aussi cotisations) ce qui est légal et négocié dans les accords d'entreprise
  • rassurer les salariés en prenant le temps de leur expliquer les détails de leur paie. La paie est le premier lien de confiance entre une entreprise et ses salariés, les gestionnaire de paie est là pour le maintenir.

Sous cet angle, le métier de gestionnaire de paie est bien un métier clé pour l'entreprise et un job en or à condition qu'on le fasse sortir de l'approche "expert Excel" ou "spécialiste de la recherche désespérée de textes normatifs bien cachés en lui fournissant des outils à la pointe comme Conciliator™ PAY.

L'autre point important de cette vision du travail d'un gestionnaire de paie est qu'il doit être un salarié de l'entreprise, même si celle-ci a externalisé (outsourcé) sa paie. Il est aisé de comprendre que seul un gestionnaire sentant son appartenance à une entrepreprise va réaliser les 3 axes pricipaux évoqués au dessus avec toute la vigilance nécessaire. Il sait que s'il réalise mal son travail, s'il ne met pas toutes son intelligence à comprendre des situations complexes, il peut mettre en péril son entreprise... rien à voir évidemment avec un fournisseur qui délivre une prestation.

C'est pourquoi le métier des gestionnaire de paie doit être reconnu comme un job en or par les entreprises et qu'il est important de leur donner les moyens actuels de le réaliser.

Priscilla Du Preez Samuel Zeller